Les eaux de boisson sont traitées contre le virus entérique par un certain nombre de techniques de désinfection, y compris les oxydants chimiques, l’irradiation et la chaleur, mais les mécanismes d’inactivation pendant la désinfection restent insaisissables. En raison du fait qu’un certain nombre de souches importantes de virus d’origine hydrique ne sont pas facilement cultivables in vitro à ce stade (par exemple, norovirus, hépatite A), la sensibilité de ces virus à la désinfection est largement inconnue. Une compréhension approfondie des mécanismes impliqués dans l’inactivation du virus aiderait à prédire la sensibilité des souches virales non cultivables à la désinfection et favoriserait le développement de méthodes de désinfection améliorées. Les progrès technologiques récents dans la recherche en virologie ont fourni une mine d’informations sur les compositions, les structures et les fonctions biologiques des virus entériques. Ces connaissances permettront des descriptions physiques / chimiques de l’inactivation virale et ainsi approfondiront notre compréhension de la désinfection virale au niveau mécaniste le plus élémentaire.

Points forts

► De nouvelles connaissances sur la structure et le cycle de vie du virus justifient de revoir les mécanismes responsables de l’inactivation du virus. ► La compréhension des mécanismes d’inactivation aidera à développer des technologies de désinfection efficaces et des modèles prédictifs. ► La composition, la structure et la fonction du virus doivent être intégrées dans les futurs modèles prédictifs.

Voir le résumé

Copyright © 2011 Elsevier B.V. Tous droits réservés.